énorme grizzly

Michel Vacle Alaska, Amerique du nord, Non classé Laisser un commentaire

Après le superbe Salmon glacier et un bivouac sous un autre glacier

nous allons à Haines. Paraît-il que là-bas, les ours pêchent les saumons dans la rivière.

Nous croisons un couple de cyclistes courageux, la femme suit, pas très loin.

Tiens, encore un ours qui traverse la route !

Nous n’arrivons pas à banaliser cette gigantesque forêt que nous traversons depuis des jours.

Pas plus que nos compagnons de voyage, les ours, encore deux qui se gavent de pissenlits…

De toute façon, maintenant, nous avons compris, dès que l’on voit çà, y a des ours…

Tout d’un coup, le temps s’assombrit gravement, mais il ne pleut pas. Que se passe-t-il ?

Et bien, quelques minutes plus tard, la vision nous revient pour découvrir une mini bande de désert, balayée par le vent des montagnes.

C’est très inattendu et assez fantastique.

Tout de suite après, nous longeons un lac bordé d’un parterre très fleuri.

A la pause de midi, nous rencontrons un couple de Berrichons en voyage depuis 2 ans en Amérique. Pas très bavards, ils nous parlent du haut de leur camion.

Nous reprenons la route et Doreen croit apercevoir un ours brun…

Et bien oui, c’est notre premier grizzly. Comme pour notre premier ours noir, l’émotion frappe encore, la photo est floue.

Encore plus floue, cette photo d’un loup surpris par le raffut de Pépère.

Mais la photo la plus mal cadrée est celle du lynx que, seul Guy a vu, son appareil photo n’a pas pu confirmer…

Doreen prend cette vue de boite aux lettres insolite.

Souvent, pour voir le décor, il faut se hisser au-dessus des arbres

Mais quel spectacle !

Nous rentrons, cette fois pour de bon en Alaska.

Et arrivons le soir à Skagway, il semble que nous ne soyons pas les seuls…

Cette ville de la ruée vers l’or chargée d’histoire est très jolie.

Nous serions bien restés un jour ici, mais, un ferry peut nous emmener à l’autre bout du fjord ce soir

Alors, nous chargeons nos véhicules, direction Haines

Comme, à ces latitudes, il ne fait jamais nuit, nous ne sommes pas surpris d’arriver après 1 h du matin alors qu’il ne fait pas encore nuit.

Le lendemain, nous allons visiter cette ville du bout du monde où le mot retraite semble Inconnu.

Lui, correspond bien au décor

Et comme souvent aux US, on ne jette rien, surtout pas ces deux jolies Ford utilitaires.

Coté indien, il reste une maison longue, fermée au public.

Nous savons qu’à partir de 18h, les ours arrivent à la rivière pour les saumons, alors, nous allons y passer la soirée.

Pour l’instant, ce ne sont pas des ours qui pêchent, cette femme a bien du courage dans le courant.

Sur cette grille qui traverse toute la rivière, un homme est chargé de compter les saumons qui remontent. Il en aura comptés à peine plus de 300 depuis le matin.

C’est trop peu pour les ours.

Nous commençons une petite marche en forêt en attendant la bonne heure, et n’avons que ce petit écureuil à mettre devant les objectifs de nos appareils photo.

Au-dessus de la rivière, les aigles pêcheurs attendent aussi le poisson.

Et finalement, un grizzly pointe son nez.

Faute de saumons, il mange de l’herbe.

Il a l’air paisible alors Michel rejoint un jeune qui s’est approché pour les photos.

Mon dieu qu’il est gros !!!

Nous passons en sa compagnie un grand moment de bonheur.

Puis, le lendemain, nous commençons notre montée vers Anchorage. Dès le début, un ours brun clair, bien pacifique, grignote ses herbes favorites au bord de la route. Ce n’est pas un grizzly car il n’a pas la bosse sur le dos.

Pendant, l’arrêt de midi, Doreen saisit cette magnifique orchidée sauvage.

Dans les relais du nord, pas de chichi, le patron nous reçoit devant la boutique

Michel doit réfléchir pour utiliser ces pompes d’un autre temps.

Et au campement, une tenue locale antimoustiques, très sexy, est de rigueur.

Enfin, nous approchons de Valdez, les montagnes en témoignent.