Histoire de lanterneau

Michel Vacle Amérique du sud, Uruguay Laisser un commentaire

Le 25 février 2015

Normalement, c’est notre dernier jour à l’hôtel, et c’est pas trop tôt…

Finalement, le responsable du gardiennage sur le port n’était pas un mauvais bougre, en voyant notre désespoir, il nous a donné l’adresse d’un accessoiriste motor-home.

Pas très confiants, nous nous y rendons en début de matinée.

Alejandro Martinez nous reçoit, il parle parfaitement l’anglais ouf !!!

-Bonjour, nous avons un gros problème, notre camper a été cambriolé et notre lanterneau est cassé, pensez-vous avoir ce format ?

-Non, mais j’ai un collègue qui en a peut-être un.

Il lui téléphone et la réponse est immédiate, c’est non. On s’en doutait un peu

-Bon, OK, mais que pensez-vous que l’on puisse faire.

-La seule solution est d’en commander un en France et, peut-être que nous l’aurons dans 1 semaine.

Michel prends son temps pour la réflexion, si on le commande, on perd encore 8 à 10 jours.

Oui, mais on ne peut pas rester avec un imperméable sur Pépère alors que la pluie est annoncée pour les jours à venir.

Et combien ça va encore nous coûter ?

En plus, on n’est même pas sûrs qu’il arrive entier ici.

-Et vous, vous n’avez pas une solution provisoire ?

-Si, je peux vous mettre un morceau de polycarbonate. Mais, vous ne pourrez plus l’ouvrir.

-C’est pas grave, on verra plus loin, regardez ce que vous pouvez faire.

Il monte sur le toit avec un ouvrier et échafaude un plan pour rendre le toit étanche.

IMG_9576

Mais, finalement, l’ancien, son père, celui n’a pas appris dans les livres mais avec l’expérience du temps, leur explique que ce lanterneau est « sauvable ». Il nous montre que nous pourrons même l’ouvrir et le fermer.

IMG_9577

Alors, là, tous les doutes s’envolent et Michel donne son accord sans même oser lui demander un devis. Ce soir ce sera terminé.

Il ne reste plus de polycarbonate et le bâti mobile est en 3 morceaux, heureusement que Michel les avait gardés pour faire sa réparation de fortune.

2 heures plus tard, un ouvrier vient nous chercher et, très fier de lui, il nous montre le bâti reconstitué…

20150225_151520

C’est presque de la magie.

Nous restons encore de longues heures en attendant que la vitre arrive coupée au format de chez un sous-traitant.

Et vers 4h, voilà le résultat. Ce sont de vrais pros.

20150225_162436

Peu après notre arrivée, nous n’en doutions pas, en effet, nous avons passé un bon moment avec le père qui se fabrique un fourgon aménagé avec plein d’idées originales. Il était très fier de nous montrer son salon et sa chambre. Ils sortent du véhicule électriquement comme un motor-home américain.

Le travail terminé, on attend la douloureuse. Alejandro commence à nous justifier son pris en redoutant un peu notre réaction.

245 US $… bien sûr qu’on est contents, ce matin nous avions tout envisagé, même de monter à plus de 1500$ s’il avait fallu la faire venir de France !

20150225_123313

Nous mettons la photo de leur carte de visite car ils le méritent bien et si des voyageurs regardent ce site, çà leur rendra certainement service.

Comme souvent ici, pendant que Michel fait sa manoeuvre pour sortir, Doreen se soumet volontiers aux embrassades d’usage. Le père et le fils semblent aussi heureux que nous de cette rencontre.

Encore un dernier tuyau d’Alejandro, il nous donne les coordonnées d’un magasin ou nous pourrons racheter une partie du matériel volé.

Et là, perceuses au lithium, panoplie de clés à cliquets, lampes de poches, testeur électrique etc… pour en gros 200 euros, c’est encore une bonne affaire.

Un peu de course pour ce soir et

ENFIN   !!!!!! Ce soir nous dormons pour la première fois dans pépère au bord de l’océan.

IMG_9582

GENIAL !!!!!!!!! Tout peut commencer.

Mais, soyons réaliste, on en verra d’autres.