Washington

Michel Vacle Amerique du nord, Etats Unis Laisser un commentaire

 

Avant de quitter le Kentucky, nous nous arrêtons voir le parc de « Mammoth cave » Sur un des hectares, la terre est percée d’interminables galeries.

Sur un des hectares, la terre est percée d’interminables galeries.

Bon, avec le Vercors, les grottes, on connait, mais cette visite nous permet de faire un camping avec tout ce qui suit., lessive, assainissement et remise à niveau des réserves d’eau.

Puis, nous reprenons les petites routes en direction de la virginie occidentale haut lieu de la guerre de sécession.

Un petit passage par le super marcher s’avère nécessaire. En dehors des denrées recherchées, nous trouvons à l’intérieur, des clientes Amish ou autre

Et des invalides bien valides mais pas très courageux.

Assez tard, comme souvent, nous nous arrêtons au bord de l’eau. Les pêcheurs rentrent leurs barques. Nous serons bien ici, ça à l’air sécurisant .

Seuls et bien installé, nous voyons arriver une voiture.

-Non, il ne va pas nous virer ???

Elle vient vers nous et Jessie ouvre sa porte.

Il est complètement effaré de voir des français ici, il n’en avait encore jamais vu. Il n’en revient pas et met un grand moment avant de pouvoir discuter normalement.

Et, Chose normal aux USA, il nous tend sa bible, toujours à portée de main et nous parle de sa confiance inébranlable en son dieux miséricordieux et tout puissant. Nous sommes tous les deux catholiques, mais toujours étonnés par leurs relations avec le divin.

L’Ouest Virginie assez magnifique à cette période

Nous nous arrêtons à Richmond, ancienne capital des confédérés du sud.

Jefferson Devis, le dernier président sudiste,

avait aussi sa maison blanche.

Avec un luxe assez modeste

Le luxe est plutôt du coté du boulevard des statues

avec ses très belles maisons du 19iem.

Nous avons trouvé cette ville très agréable, mais ils ont beaucoup souffert ici, en 1972 avec l’ouragan Agnès

Et surtout avec les dernières attaques de la guerre de sécession au court de laquelle, les bombardements on mis la ville à feux et à sang.

Un musée est installé dans une ancienne fonderie, elle était destinée à la fabrication des canons et boulets nécessaires à la guerre.

Nous apprenons à mieux connaitre cette guerre lointaine qui a fait plus de morts américains que les deux guerres de 1914 et 1940 en Europe.

Avant de quitter la ville, nous allons au cimetière voire quelques présidents confédérés, mais nous ne les trouvons pas. Ces deux tombes très poétiques les remplaceront largement.

Un peu moins inculte concernant l’histoire des États Unis, nous allons à la Capital des vainqueurs. « Washington »

Notre première visite est pour les neveux de Doreen et c’est Tanaka qui nous accueille

Nous partons rejoindre son frère Tanatwa et sa Julia sa copine.

Nous avons maintenant des guides, la visite peut commencer.

Cette une capitale extrêmement agréable et très aérée

 

Personne ne vient ici sans passer voir Abraham Lincoln. Pour la photo, Michel prend la main d’une petite américaine surprise mais coopérante

Après l’avoir vu à la télé, La maison blanche surprend. Elle est en pleine ville et son jardin parait beaucoup plus petit.

Mais, c’est bien là que l’avenir du monde se décide.

Dans le quartier, pas de bar, juste ces camions à hamburgers et coca…

Après 14 kilomètres de marche dans la ville, nous reprenons Pépère.

En venant ici, un de nos objectifs était de photographier Pépère devant la maison blanche mais, maintenant, nous comprenons que c’est impossible. Un peu déçus, nous nous rabattons sur le congrès, largement aussi joli et tout aussi significatif

La zone touristique est assez grande alors les trottinettes électriques en libre-service sont nombreuses dans les rues. Le danger nous semble permanent jusqu’au moment où, cette charmante touriste se vautre contre le mur de droite. Juste devant nous, c’est très impressionnant, mais, elle s’en sort bien par rapport au choc.

Pendant ce séjour à Washington, nous avons dormi dans un camping aux milieux des bois, à seulement 40 minutes du centre avec Pépère.

Le deuxième jour, nous allons au musée de l’air et de l’espace qu’un ami spécialiste nous avait conseillé.

Effectivement, on commence par la halle de l’espace. Même après être allés à Houston. il est très intéressant.

Une part importante consacre la coopération entre les USA et la Russie, comme cet assemblage de Soyuz et Apollo autour de l’ancienne station orbitale russe.

Bien sûr, les frères Wright, sont en bonne place

Avec cet avion, ils ont effectué le premier vol motorisé de l’histoire.

Le spirit of Saint Louis, l’avion original de Lindberg, avec lequel il a effectué la première traversée de l’Atlantique, est également en bonne place.

La France, grande nation pionnière de l’aéronautique n’est pas oubliée avec Blériot et une affiche qui rappelle que le premier salon aéronautique mondial de l’histoire a eu lieux en France.

La Montgolfière est également de la partie.

Nous verrons quelques autres avions et personnages intéressants, mais Michel reste un peu sur sa fin car une grande partie du musée est fermé pour cause de travaux.

Un peut fatigués, nous allons tout de même au magnifique musée consacré au parcours des noirs, depuis la traite des esclaves et leur exploitation

 

L’histoire des luttes

jusqu’à l’arrivé de leur idole Barak Obama

Que de chemin parcouru, mais après la traversée de l’Alabama, nous savons que tout n’est pas si rose.

Avant de quitter la ville, nous allons au cimetière d’Arlington boucler la boucle Kennedy.

 

Après Dallas et le lieu de l’attentat l’an dernier, la tombe de son « amie » Marilyne Monroe à Los Angeles, nous voila devant la tombe du président et de sa femme unis, de nouveau, pour l’éternité.

Ce cimetière est assez incroyable avec des tombes de militaires ou fonctionnaires de l’état à perte de vue dans un cadre magnifique.

Cette voiture nous rappelle que chaque semaine, environ 180 personnes sont enterrées ici.

Doreen toujours aussi midinette devant un uniforme

Nous traine voir la relève de la garde au monument des soldats inconnus.

D’ici, nous constatons qu’il est toujours aussi facile d’écraser un avion sur le Pentagone. Il est en pleine ville sur la trajectoire de l’aéroport.

Un rapide au revoir aux neveux et nous quittons cette jolie capitale.