l’araucanie

Michel Vacle Amérique du sud, Chili Laisser un commentaire

Du 26 avril au 4 mai

C’est sûr qu’après l’intensité des jours passés au volcan Calbuco, il a fallu se remettre sur la route avec des moments nettement moins forts.

Enfin, voilà, depuis 8 jours, nous avons bien avancé vers le nord. Nous avons parcouru l’Araucanie avec sa région des 7 lacs.

Nous sommes en pays Mapuche, la seule tribu d’Amérique qui a réussi à contenir l’envahisseur européen durant plus de 300 ans. Il a fallu attendre le XIX e siècle pour qu’ils soient vaincus et largement décimés.

Malgré l’extermination dont ils ont fait les frais, ils sont bizarrement « vénérés » dans cette région avec beaucoup de statues et bibelots les représentant.

IMG_0662

Bon, revenons à nos lacs, nous choisissons en premier d’aller voir le Puherhue , en route nous sommes retardés par un panneau indiquant un petit musée automobile.

IMG_0410

Avant même d’essayer d’entrer, le patron nous invite à faire un tour dans cette voiture de sport. Il la sort pour la faire rouler un peu.

IMG_0407

Nous partons tous les trois pour quelques kilomètres, puis nous visitons son musée. Il est presque uniquement destiné à présenter des « Studebaker »

IMG_0444

Avec la photographie, c’est sa passion. Quand il ne s’occupe pas de sa ferme, il est là.

IMG_0433

Il a même un des premiers simulateurs

IMG_0423

Nous passons un bon moment avec lui.

IMG_0455

Ensuite, nous prenons la route du lac pour chercher un bivouac. Eh bien, c’est incroyable, ces colons espagnols, allemands ou autre ont tout bonnement fermé le tour du lac. Sans être propriétaire ou entrer dans un camping, sur des kilomètres, il est impossible de voir le lac ni même de poser Pépère pour la nuit.

Après 2 tentatives, nous nous résignons à prendre une place de camping. Seuls car la saison est finie.

IMG_0386

Le lendemain, nous allons à Valdivia, une grande baie chargée d’histoire.

Une fois sur place, nous préférons laisser cette grande ville et aller à la pointe, à Niebla. Là encore, le relief ne nous permet pas de trouver une place à plat, et tranquille pour la nuit.

Nous avions vu un camping à 5 ou 6 kilomètres alors nous y retournons. Finalement, de palabres en palabres, nous optons pour une cabanas (bungalow) pour à peine plus cher que le camping.

IMG_0523

Et là, une fois dedans, c’est le coup de foudre…

IMG_0521

Nous resterons une nuit de plus, parfois il faut savoir profiter de telles occasions après des semaines de Pépère. Même si nous y sommes bien dans notre Pépère, un peu d’aise, ça fait du bien.

Pendant ces deux jours, ce sera repos,

IMG_0507

et visite des anciens forts espagnols dans la baie.

IMG_0555.

Mis à part le cadre, rien d’exceptionnel. Doreen ne comprend toujours pas pourquoi Michel a voulu venir ici…Aujourd’hui, il est un peu de son avis, mais en ayant lu les batailles qui ont eu lieu ici, c’est plus vivant pour lui.

Michel très intrigué par leurs constructions s’arrête sur un chantier. Tout est vraiment assemblé comme des allumettes, mais, ça tient.

IMG_0516

IMG_0513

Ces deux jours terminés, nous reprenons la route des lacs

IMG_0591

cette fois, nous allons voir le lac Villarrica et son volcan au village de Pucon.

IMG_0636

Parait-il qu’on peut monter au sommet et voir la lave… Surement trop sportif pour nous, mais à voir.

En arrivant, nous retrouvons cet air poussiéreux et un décor un peu gris des environs du Calbuco.

Nous prenons la petite route du volcan qui monte fort, très fort. Au bout, un barrage et deux policiers ébahis…

IMG_0626

-Le volcan ? Non, la route est fermée !!!

Vue la poussière de plus en plus présente, nous ne cherchons pas plus loin et redescendons.

Tu parles !!! Après vérifications, c’est le volcan qui a explosé il y a un mois et demi. L’alerte est encore orange.

Ce volcan encore enneigé il y a deux mois, c’était une station de ski, a complètement perdu son glacier après l’explosion. Nous en avions entendu parler, mais nous ne pensions pas que c’était celui-ci.

Nous passons l’après-midi dans le joli village de Pucon. Juste à côté, le volcan fume.

IMG_9481

Une commerçante nous dit que toute les nuits, il est rouge.

Il est rouge la nuit ?

Oui !

Alors, on doit voir ça.

Nous cherchons le bon emplacement et à la nuit tombée, nous profitons du spectacle pendant plus de 2h.

IMG_9523 IMG_9532

Là, cette fois ci, on a fait le tour des volcans. Demain, on va à la ville des Mapuches. Nous avons lu qu’il y a une fondation où l’on peut approcher un peu leur culture.

Grosse déception, à part cette reconstitution de leur hutte,

IMG_0684

Juste un petit magasin de vêtements en laine. Le gardien nous indique qu’a la prochaine ville, Temuco, il y a un musé, mais qu’il est fermé en ce moment. Pas de chance.

On nous avait parlé du marché de Temuco, nous y allons. Il est 15h et tout est fermé !!!

Après un bon moment d’incompréhension, nous nous souvenons qu’aujourd’hui, c’est le 1 Mai… On est vraiment déconnectés de la vie avec ces voyages…

Depuis ce matin, il pleut, nous n’apprécions pas cette journée.

Nous sautons donc cette étape pour nous avancer dans notre remonter vers Santiago.

Nous n’y arriverons pas aujourd’hui, alors nous bifurquons en direction de Conception pour la nuit.

Nous arrivons de nuit dans un déluge incroyable. Finalement, nous traversons des villes du bord de mer qui ne nous paraissent pas très sûres pour finalement nous poser à Dichato au bord de la plage.

Nous sommes bien et comme toujours, en un instant, la pluie s’arrête et l’enfer devient paradis…

IMG_0795

Le lendemain, nous flânons un grand moment dans le village et au bord de l’eau. Que du bonheur…

IMG_0772

IMG_0749

IMG_9417

IMG_0792

Nous apprenons qu’en 2010, ils ont subi un Tsunami assez terrible et tout est en rénovation. Certaines maisons sont reconstruites sur des pieds énormes, peut être résisteront ils aux prochains. mais nous leur souhaitons de ne pas connaître à nouveau ce malheur.

IMG_0830

Puis, nous reprenons notre route de Santiago mais la nuit est vite là.

Nous devons trouver un bivouac sur, depuis quelques temps, les cabines de péage de la routa 5 sont grillagées et des gardes armés stationnent. En plus, nous sommes samedi soir…

IMG_0711

La prudence est de mise, nous passons la nuit dans un camping bien fermé avec un couple d’allemands.

Heureusement car à coté, une boite de nuit accueille ses habitués souvent dangereux la nuit.

Le matin, nous reprenons la routa 5, (celle qui va du bas du chili jusqu’au Canada) Normalement, nous devrions être ce soir à Santiago.

Eh bien non… couché sous Pépère pour vérifier le niveau d’huile de la boite de transfert, Michel découvre qu’un support d’amortisseur a cassé. Pour couronner le tout, l’amortisseur a perforé le polyester du plancher dans l’incident.

IMG_0890

Changement de programme, nous allons à la ville la plus proche pour faire souder le support. Pour la réparation du plancher, Michel le fera après.

Cette ville, c’est Curico où, bien sûr, un dimanche soir, il ne faut compter sur personne. Si, nous pouvons compter sur George qui nous prend en main à une station-service.

IMG_0909

Il nous demande de dormir ici, car avec un geste très expressif, (un mouvement pour trancher la gorge) il nous fait comprendre qu’ici, la sécurité, c’est un rêve…

Nous dormirons ici.

Puis, George nous invite chez lui pour manger avec son voisin qui parle français.

20150504_023243

Nous laissons ces gens pour retrouver notre parking.

Le lendemain, il faut trouver une personne qui accepte de souder notre support.

Les premiers ne regardent même pas et nous conseillent un petit garage en face.

Celui-ci regarde la pièce, sort son matériel et s’apprête à commencer. Michel lui demande de faire attention au réservoir de secours de gasoil. Du coup, il craint de tout faire exploser et nous envoie chez un autre.

1 heure pour le trouver et s’entendre dire que Pépère est trop haut, ce qui est vrai.

Il nous emmène 50 mètres plus loin. Là, un papy se met tout de suite au travail Il est drôle mais parait très professionnel dans son « gourbi »

20150504_160501

-C’est sûr que ce sera solide ? Nous allons faire l’Atacama et pire encore

-si si répond-il avec le sourire.

Il remonte l’amortisseur et nous demande 5000 pesos (7.6€) Michel lui donne 7000 pesos.

Espérons que son assurance était justifiée et que la réparation tiendra dans les pires conditions prévues pour la suite.

Le beau temps est prévu pour plusieurs jours, la réparation polyester peut attendre un peu, nous repartons pour Santiago ici, c’est la région des vins. Il y en a à perte de vue.

IMG_9636

Nous atteignons Santiago le soir.

IMG_0968

Doreen a trouvé un petit hôtel, mais le parking ne nous convient pas, ils nous donnent une autre adresse où Pépère sera pénard à 500 mètres du centre-ville.

IMG_0978

Super, sauf que c’est un hôtel pour les jeunes de passage et le silence sera pour plus tard…